Archives par étiquette : Pierre Ribà

« Palpitations et Chuchotements. Abie Loy Kemarre, Pierre Ribà » au 6, Mandel



Exposition du 07 novembre au 15 décembre 2018

Palpitations et Chuchotements, la nouvelle exposition de fin d’année au 6, Mandel Paris est l’occasion pour les deux galeristes Stéphane Jacob et Gilles Naudin de réunir et faire dialoguer les œuvres de deux artistes dont ils admirent chacun le travail. Se connaissant, ils n’avaient encore cependant jamais présenté ensemble une exposition. C’est donc l’opportunité de confronter deux univers, deux personnalités, à travers les peintures de Abie Loy Kemarre et les sculptures de Pierre Ribà.

ABIE LOY KEMARRE
Abie Loy Kemarre est née en 1972 au cœur du désert australien, à 275 kilomètres au nord-est d’Alice Springs.

Les œuvres d’Abie Loy Kemarre, hypnotiques et vibratoires, s’articulent autour de quatre thématiques récurrentes : la Bush Leave (sa plante totémique), la Bush Hen (son animal totémique), les Awelye (les peintures corporelles de son clan) et les Sandhills (les dunes qui scandent son territoire).

Entre vision aérienne du paysage et plongée spectaculaire au cœur de la végétation, la peinture d’Abie Loy Kemarre est en mouvement perpétuel. Il s’en dégage une énergie vitale alternant entre le magnétisme hypnotique et vibratoire de ses feuilles du bush (Bush Leaves) et la vision sereine et cadastrale du territoire de la poule sauvage (Bush Hen).

Abie Loy Kemarre en train de peindre @Clayton Glen

  L’artiste peint toujours à même le sol, assise en tailleur. Les contours sont posés délicatement, sans croquis préparatoire. Magie de l’acte créatif, avec un pinceau ou un simple bâtonnet plongé dans un godet de peinture, elle prend alors la goutte de peinture et l’étire, ou encore « pique » sa toile d’une multitude de points de plus en plus fins, répétant inlassablement ce geste dans une rythmique quasi musicale.

Le regard fixe, comme en transe, Abie Loy fait ainsi jaillir peu à peu de la toile des formes retranscrivant son territoire – auquel elle dit appartenir – ou dépeignant les éléments qui le composent.

Ses moindres détails lui ont été enseignés depuis sa plus tendre enfance par le biais de chants et de danses pour finalement faire part d’elle-même.

Qu’on ne s’y trompe pas, ces toiles dans lesquelles le regard se perd sont bien plus que des œuvres abstraites, elles plongent le spectateur dans un monde onirique où l’abstraction confine au sacré.

Abie Loy Kemarre, Bush Hen Dreaming, acrylique sur toile, 122×182 cm, 2013 @Clayton Glen

PIERRE RIBA

Pierre Ribà est né en Ardèche en 1934. Il expose depuis 1958.

Pierre Riba Mégalithes, carton cannelé

Pierre Ribà ce “ramasseur de carton” réalise quant à lui des sculptures – posées au sol ou fixées au mur – à partir de nombreux dessins préparatoires qui sont un moyen pour lui de trier les idées et de les développer.
Chaque œuvre ayant son dessin, Ribà découpe le carton cannelé à l’aide de cutters, il l’assemble, le colle, projette de la résine pour le durcir, la matière fragile se solidifie alors dans une poésie qui émerveille, un silence au-delà du temps présent. Pour les œuvres à patine noire, Ribà projette un mélange de graphite en poudre, pour les sculptures laissées à l’état brut de la cire d’abeille. Pour la patine blanche enfin, il utilise un mélange de blanc de titane et de cire liquide.

Il donne ainsi par le filtre de la création une nouvelle vie à un matériau quelconque, mis au rebut et ainsi détourné de cet abandon premier.

Les formes achevées laissent apparaître dans une libre inspiration de l’art des Cyclades, des visages, ou bien sans référence historique particulière, des mégalithes et des origamis.

Ces sculptures nommées par l’artiste de manière décalée, se jouent, par le cannelé structurel apparent, du plein et du creux, comme un éloge métaphysique de l’ombre.

« Dans mon travail le matériau n’est pas seulement un moyen au service d’une pensée, il participe aussi à la formation de l’idée » dit Pierre Ribà

Pierre Ribà, Tondo, carton cannelé, diamètre 80x10cm

“On peut rêver, imaginer, avec Pierre Ribà tant la beauté et le mystère qui se dégage de ces sculptures permet de se projeter dans l’univers que l’on se choisit”   Jérôme Clément

 

Rien ne prédisposait ces deux artistes à exposer un jour ensemble : langue, culture, hémisphères. A priori tout les oppose, et pourtant, la subtilité des œuvres d’Abie Loy trouve son contre-point dans la noblesse et la force tranquille qui émanent des sculptures de Pierre Ribà. La confrontation entre leur travail invite le spectateur à un retour aux fondamentaux de l’art : poésie, étonnement, fascination et recueillement.

 

Le 6, Mandel

EXPOSITIONS – PRIVATISATION POUR EVENEMENTS – CHAMBRE D’HÔTE
6, avenue Georges Mandel – 75116 Paris – M° Trocadéro – Tél. 01 42 27 27 93 –

Exposition : Entrée libre par le 1, rue Greuze, du mardi au samedi de 14h à 19h (sauf en cas de privatisation ponctuelle du lieu)
> Jean-Christophe Stöerkel (Le 6, Mandel) : Tél. 01 42 27 27 93 – 06 09 84 77 05 – contact@6mandel.com

Contacts :

Commissaires de l’exposition :

> Arts d’Australie Galerie • Stéphane Jacob qui représente Abie Loy Kemarre www.artsdaustralie.com

> Galerie GNG, Gilles Naudin qui représente Pierre Ribà
www.galeriegng.com

Contact Presse : La Boutique RP – Sandrine Staub Tel : 01 42 61 80 59 – 06 08 70 22 08
sandrine.staub@laboutiquerp.com
presse art : Nathalie Béreau : Tél. 06 79 71 26 44 – nbereau@hotmail.fr

visuels en haute définition 300 dpi sur demande

 

            

www.artsdaustralie.com www.galeriegng.com